THE WAVE CHARGERS

Qui l’eût cru ? La surf music is back. On l’entend dans les pubs, au cinéma et le rock instrumental popularisé par Dick Dale s’est trouvé un porte-flingue qui entretient la flamme bien au delà des frontières de l’Hexagone.

Depuis 5 ans, The Wave Chargers jouent pied au plancher (Chargers étant un clin d’œil à la Dodge du même nom) devant un public prêt à surfer sur les bonnes ondes et l’esprit déluré qui collent aux boots du wild rock des sixties. « Ce qui nous attire dans la Surf Music c’est ce côté direct et sans chichi. » Francis, leur énergique frontman, détaille ce qu’il y a sous le capot du bolide: « Mises à part des reverbs, on joue sans effets, tout en son clair, et on arrive à faire pogoter les gens autant que dans un concert de punk ».

Le pétulant premier album du quatuor parisien arrosé de reverbs à ressorts ne manque donc ni de mordant ni d’un certain humour. Les titres “Dernier virage”, “La gâchette sauvage” ou l’excellent “Baron Double” sonnent comme des B.O. de films de genre et donnent furieusement envie de danser avec Uma Thurman (ou John Travolta selon les goûts). Enfin, si nos desperados vrombissent comme un moteur de belle américaine, c’est aussi grâce aux doigts huilés de Thierry Los (Végomatic) qui a enregistré leur album dans un garage blindé de voitures de collections. Roulez jeunesse !